Carnets de création, Bernard Kudlak

Hop, à la flotte (extrait n°4)

mercredi 4 septembre 2002, par Bernard Kudlak

HOP, A LA FLOTTE !

Première semaine de septembre. On commence les répètes "Recherche".
De Robert (notre maestro) : "Depuis que nous sommes un peu plus vieux, nous travaillons sur l’eau". Le calembour, c’est une maladie incurable.
Allez hop, à la flotte.
Nous nous sommes mis à l’eau. Nous n’avons plus un poil de sec. Etc… il y en a plein, on les a toutes faites ! Je vous les laisse si ça vous amuse aussi.

Nous avons réellement commencé hier (en fait le mardi 3 septembre), le temps d’installer le matos.
Perdre du temps, regarder les gouttes tomber dans la lumière…
Nous avons écouté le son des gouttes sur des gamelles, des tubes bouchés de peaux de ballons de baudruche.
Puis cherché sur Internet les possibles matériaux qui nous permettent d’avancer : des "goutteurs".
Marrant non ? Une machine à goutte à goutte s’appelle un goutteur. Non, pas un goûteur. Ceci dit, quand on trouve vraiment un bon moment de spectacle, il vient de l’eau à la bouche. On peut goûter à la magie des goutteurs. Mais nous n’en sommes pas encore là !
Paroles sur les musiques et l’aléatoire.
Paroles sur le jeu et la position des acteurs. Est-ce qu’on positionnera tout le monde comme artistes de cirque ? Pour, sachant et ayant décidé de cela, tricoter la dramaturgie : des éléments de fuite perturbent une représentation de Cirque Plume.
Ou alors, les acteurs ne seraient que des musiciens pour un concert dans lequel le climatiseur viendrait mettre du désordre ?
Ou des rôles plus joués comme des figures, comme l’ange ou Petite Perfection dans "Mélanges (opéra plume)" … ?

Nous avons convenu que perdre du temps était essentiel, donc nécessaire.

J’ouvre un livre qui traîne sur mon bureau, "Les pensées" de Pascal, un petit livre d’école : "Les hommes aiment à courir derrière une balle ou un lièvre, comme les rois". Je tombe la dessus. Du premier coup.
Pour un jongleur, cette phrase parle.
Pourquoi on fait tout ça ? Le spectacle, la recherche, le cirque… Comme pour un roi, ou au contraire pour ne pas courir un lièvre. Par nécessité ou par hasard ?
A propos du hasard : j’ai lu, dans un bouquin sur les statistiques (de Schwarz), une analyse de probabilité des événements hautement improbables, ces événements du hasard ayant une très faible probabilité de se réaliser qui surgissent de temps en temps dans le fil de notre vie. Certains en tirent des conclusions métaphysiques : ils ne savent simplement pas que la probabilité qu’il nous arrive des événements à très faible probabilité, elle, cette probabilité là, est très forte.
J’en avais l’intuition, mais je ne savais pas l’exprimer. Merci les maths !
Par exemple, hier soir, je regarde un reportage américain sur l’attaque terroriste du 11 septembre sur les tours jumelles : j’ai une amie qui habite dans cette ville, c’est la seule personne que je connaisse très bien à New York (en dehors de nos rencontres de quand nous y avons joué l’année passée). Et bien, dans une scène d’effarement où les gens courent après l’écroulement de la première tour, cette amie passe dans l’écran en gros plan.
Surprenant non ?
Une autre anecdote avec elle : quand Jean-Marie Jacquet et Jean-Philippe Pernin (les directeur technique et régisseur général de Plume) sont allés voir le terrain du Lincoln Center, ils traversent Central parc pour se rendre sur les lieux où devait être monté le chapiteau, et la première personne qu’ils voient, c’est cette amie de Besançon assise sur un banc… Un village vous dis-je ! Et beaucoup d’improbables possibles dans ces deux fois de suite !

Mais perdre du temps (pour y revenir), c’est dur, quand -réellement- on rame.
Ecouter des gouttes sur des gamelles, c’est génial un après midi… et c’est déprimant le lendemain.
Créer, c’est les montagnes russes. Comme à la fête : Michelle, Brigitte et Pierre ont travaillé sur le jeu pendant dix jours, avec le résultat d’un petit montage et l’irruption d’éléments de personnages. Alain nous a fait un bon solo de seau à eau. On fait des bulles de savon quand on s’ennuie, c’est toujours magique (je pense à Aldous Huxley !). Laurent assure son rôle de musicien et s’empoigne de la technique. Vient d’arriver le surnommé Ramon’s, un technicien du spectacle spécialisé dans la plomberie, les tuyaux et les jets d’eau. Il travaille pour les Eurockéennes et avec Claude Acquard aux Bains Douches - forcément !- à Montbéliard.
Nous avons travaillé dans des poches d’eau lovées dans une bâche transparente. Pierre y est allé de la brasse papillon (il a été champion de natation, en dos. A l’époque, dans les compétes, il y avait aussi la Dom Voynet, des Verts).
Bien sûr, Robert y est allé à loilpé. Il y était nu comme dans un verre.

Je suis content de cette semaine de recherche.

A vous Robert, je vous rends l’antienne (maintenant que nous sommes un peu plus vieux).

A SUIVRE…

Vous êtes ici : Accueil du site > Archives > Carnet de création de "Plic Ploc"
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0