Carnets de création, Bernard Kudlak

New York, le 10 juillet 2001

mardi 10 juillet 2001, par Bernard Kudlak

JPEG - 17.2 ko
Les tuyaux, c’est la clim’ !

Quand on voyage, on en apprend tout les jours.
Hier encore je n’aurai pas cru qu’il puisse exister autant de modèles différents de pieds de biche.
Je vous explique.
Les américains quand il font les choses ils ne les font pas à moitié. Pour notre plaisir peut être ou peut être pas, il y a eu une alerte au feu dans un bâtiment de la 57eme rue, on arrivait juste à ce moment la. Alors là, la totale, les camions rutilants qui font un bruit du diable afin que tous soient informés que les vaillants pompiers de la ville de New York City veillent sur la sécurité de tous. Ah les beaux pompiers. Ils sont sûrement habillés par un costumier de Broadway j’imagine, un costumier de talent. Vraiment des costumes épatants. Ce sont les derniers gladiateurs. À la ceinture, ils portent la hache et diverses armes pour combattre le feu et une armada impressionnante de pieds de biche de toutes les sortes. Un combattant du feu manie le pied de biche à ouvrir les portes par le bas, un autre celui qui les découpent comme une boite à sardine, son collègue , un géant, possède le pied de biche pour ouvrir les portes par le haut. Et plein d’autres instruments dont je n’ai pas la moindre idée d’usage. C’est vrai qu’hier quand nous sommes entrés à l’hôtel, la fausse alerte était éventée, alors les pompiers erraient dans le hall, comme des musiciens de fanfare dans le square, après le concert . Des camions de collègues à eux pas prévenus que l’alerte était fausse, continuaient à débarquer dans un fantastique son de klaxon et lumières de gyrophares. De demi tours furibards.
Le demi tour furibard, c’est chouettement impressionnant.
C’était réussi ! Entre nous je ne crois pas vraiment qu’ils ont fait ça pour nous. Mais c’est tombé sur notre hôtel. J’espère que ce n’est pas une répétition et que la prochaine fois ça n’arrivera pas pour de vrai. Surtout qu’il y a une piscine sur le toit de l’hôtel, je nous vois mal tout les clients de l’hôtel dans la piscine en attendant les pompiers...Comme c’est un hôtel chic, tous les mecs tiendraient leur attaché caisse ou leur sac à ordinateur sur leurs têtes. Et les cravates qui flotteraient comme des lombrics dans une flaque d’eau.
Même quand il n’y a pas de feu, il fait chaud ici. Non seulement le soleil chauffe mais de grand soupiraux qui traversent le trottoirs nous inondent les mollets de courants d’air brûlants. En été à New York, ils chauffent dehors. J’aurais pas cru !
C’est incroyable le nombre de trucs que j’aurais pas crus avant de venir ici.
Aujourd’hui dans l’ascenseur, c’était charlot à l’armée.

Bon c’est la première ce soir, tout est prêt, la non plus j’aurais pas cru !

Vous êtes ici : Accueil du site > Archives > Le journal de New York
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0